Le monde des Grands Crus

Les Grands Crus Classés du bordelais

Parler du vin en général revient à confronter 2 réalités bien différentes. En effet, il convient bien de distinguer les vins dits de consommation « rapide » qui représentent 99% de la production, des vins dits d’exception qui constituent une part ultra-minoritaire de cette même production. Naturellement, ce sont ces vins d’exception qui forment le support idéal pour l’investissement. Pour l’essentiel, il s’agit des Grands Crus du Bordelais : Château Lafite Rothschild, Château Latour, Petrus, Château Angelus, Château Cos d’Estournel, Château Beychevelle, …

Une qualité historique

N’oublions pas que les Grands Crus sont quand même avant tout des produits de luxe. Si, année après année, ce sont toujours les mêmes vins qui trustent les meilleures places dans les classements, c’est tout simplement que leur élaboration répond à des critères d’excellence extrêmement élevés.

Le bénéfice de cette qualité qui ne se dément jamais consiste à leur conférer une notoriété internationale.
Dès lors, boire un Grand Cru du Bordelais pour quelque consommateur que ce soit dans le monde est toujours associé au rêve du luxe à la française.

Un actif générant par nature la rareté.

Caractéristique unique parmi les produits de luxe, les Grands Crus sont produits en quantité limitée. Pour préserver la qualité aucun Grand Cru ne produit plus de 40 hl à l’hectare contre 80 dans un vignoble classique. Certains Châteaux sont même prêts à ne pas commercialiser un millésime, comme Château d’Yquem 2012, pour excellence insuffisante !

La conséquence est évidente : à chaque fois qu’une bouteille est bue, le stock disponible diminue. La rareté d’un millésime est alors inéluctable au fil du temps

Un déséquilibre entre l'offre et la demande.

Le temps où les amateurs de grands vins résidaient dans une poignée de pays est dépassé. Avec l’émergence de nouvelles puissances économiques, notamment asiatiques, le marché a explosé et est devenu mondial.

Cet élargissement du marché ne fait qu’accentuer une tendance permanente s’agissant des Grands Crus : lorsque les vins atteignent leur maturité de consommation, la demande excède largement les quantités disponibles restantes.